Qui est Juliette Bonkoungou ???

Mariée depuis 37 ans, Juliette Bonkoungou née Yameogo est une mère de trois enfants et maintenant grand-mère de deux petits enfants. Mariée à un médecin Juliette apparait comme l’une des personnalités politiques les plus constantes de l’histoire politique du Burkina poste indépendance. Elle est la toute première présidente d’un parti politique au Burkina Faso avant que son parti soit fusionné en 1996 avec le CDP, la native du boulkiemde a toujours fait parler d’elle dans cette partie du pays considéré comme son fief. Cette juriste/économiste séduit par son parcours politique national mais aussi et surtout son parcours international.

En décembre 1985 quand elle devenait présidente du tribunal du travail de Ouagadougou, cette jeune magistrate de 31 ans ne s’imaginait pas gravir tant d’échelons mais sa ténacité a fait d’elle aujourd’hui une des femmes modèles dans notre pays.

De présidente du tribunal de travail de Ouagadougou, en 1987 elle est appelé pour diriger la télévision nationale du Burkina, chose qu’elle réussit à faire pendant deux ans jusqu’à ce qu’elle soit appelée au gouvernement en juin 1991 suite au passage à l’ordre constitutionnel normal et l’avènement de la 4e république. 6 ans c’est le nombre d’années qu’elle a fait au ministère de la fonction publique, de la modernisation de l’administration et du développement institutionnel. Du gouvernement, elle devient en décembre 1997 présidente d’institution notamment au conseil économique et social CES et cela jusqu’en 2003.

C’est exactement en cette année 2003 qu’ouvre dans la vie de cette femme une carrière de diplomate qu’on pourrait qualifié de riche et diversifié. Elle représentera le Burkina Faso au canada comme ambassadeur. Dans ce pays de l’Amérique du nord elle est restée 9 ans. 9 longues années où elle a travaillé attiré les investisseurs canadiens vers le pays des hommes intègres surtout dans le domaine minier. Même si par humilité Juliette Bonkoungou se définit juste comme celle qui a facilité les choses plusieurs témoignages de ses anciens collaborateurs reconnaissent qu’elle a joué un très grand rôle. Sa connaissance et sa maitrise du terrain a fait d’elle doyenne du corps diplomatique africain du canada entre 2011 et 2012.

Elu député pour la mandature de 1997 à 2002 Juliette bonkoungou n’avait pas siéger mais en 2015 lors des élections post insurrectionnel elle s’est fait élire député sous la bannière du CDP ancien parti au pouvoir et reste l’une des voix emblématiques de cette formation politique au vu de son expérience de son vécu et surtout de surtout de sa fidélité à son parti le CDP malgré les turbulences connus. A l’assemblée nationale en tant que vice-présidente également son expérience et sa maitrise de la quasi-totalité des sujets fait d’elle une référence.

Récemment lors d’une interview elle se prononçait sur le genre en ces termes « Si un homme est meilleur qu’une femme il ne faut pas prendre la femme parce que elle est une femme car cela même est contre-productif pour La femme elle-même. C’est pourquoi je suis très nuancé par rapport à la question quota genre. L’ambivalence du quota genre c’est de donner l’impression que sans un couloir particulier nous ne pouvons pas y arriver. Mais la nécessité du quota genre est que évidemment il faut créer des échelles, des facilitations et aux femmes maintenant de savoir s’en servir mais à titre personnel je suis très réservée par rapport au quota genre. »

Dans la même rubrique

Qui est Norbert Toé, le nouveau Vice-Gouverneur burkinabè ?

Nommé Vice-Gouverneur de la BCEAO le 21 septembre 2018 par le Conseil des ministres de l’UMOA, Norbert Toé, qui prendra ses fonctions dans quelques semaines, remplacera à ce poste M. Jean-Baptiste (...)

Portrait : Qui est Julius Maada Bio, le nouveau président de la Sierra Leone ?

Julius Maada Bio est le nouveau président de la Sierra Leone, proclamé officiellement le 5 avril dernier avec 51,81% des voix, contre 48,19% pour Samura Kamara, candidat du parti au pouvoir. Il (...)

Commentez