Mali :12 personnes perdent la vie dans des attaques au nord

Injagalane, près de Ménaka, dans le nord-est du Mali a été attaqué le dimanche 17 juillet 2018 par plusieurs hommes. Ces assaillants ont tué douze personnes. Ils appartiendraient à un groupe jihadiste, selon le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et le Groupe d’autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia), deux mouvements armés, pro-Bamako, engagés dans la lutte antiterroriste dans cette région.

Après cette attaque qui a ôté la vie à 12 personnes le village d’Injagalane est complètement déserté ce mardi. La plupart des habitants d’Injagalane sont partis se réfugier chez des proches, dans les villages alentours ou jusqu’à Ménaka, la plus grande ville de la région. C’est la première fois qu’Injagalane est la cible d’une pareille attaque.

En effet, une dizaine d’hommes à moto ont jailli sur la place du marché. En plein jour, dimanche. Le chef du village, Houmeidi a témoigné :«  ils ont rassemblé tous ceux qui sont là-bas, ils ont attaché tout le monde. Ils leur ont fermé les yeux. Dix d’entre eux ont été exécutés. « Ils ont tué les autres en dehors de la ville  », avant d’incendier « trois véhicules ». A-t-il ajouté.

Selon lui, le mode opératoire de ces exécutions sommaires montre que le plan avait été bien préparé. Il raconte que les assaillants ont demandé « le nom de chaque personne » et utilisaient des «  talkies [walkie] », comme s’il y avait «  quelqu’un qui les coordonnait, qui n’était pas avec eux » sur place.

A cette heure, les auteurs de l’attaque ne sont pas encore identifiés. La région de Ménaka est le fief de l’Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS). Ce type d’exécution peut faire penser à une action de représailles. Depuis novembre, la force française Barkhane, ainsi que le MSA et le Gatia, deux groupes armés pro-Bamako, mènent des opérations antiterroristes dans la région.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

Une autre humanitaire tuée par Boko Haram au Nigeria (gouvernement)

Une travailleuse humanitaire enlevée par Boko Haram a été tuée par ce groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria, un mois après qu’une sage-femme, également kidnappée, a été tuée par ces mêmes (...)

Burkina Faso : Cris de cœur des employés de la mine d’Inata

Le collectif des employés de la Société des mines de Belahouro en chômage technique était face à la presse ce vendredi 12 octobre 2018 dans la salle de réunion de la bourse de travail à Ouagadougou. (...)

Congo-mort de 13 jeunes : « ces jeunes avaient été torturés puis exécutés » (ONG)

Pour l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), les jeunes décédés dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de l’ancien Chantier de construction navale (CHACONA) au nord de (...)

Ethiopie : la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance (média)

La police a conclu au suicide dans l’enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d’Etat éthiopiens. Le (...)

Commentez