Soudan du sud : kiir et machar bientôt un accord de partage du pouvoir.


Le gouvernement et les rebelles du Soudan du Sud, enfoncé dans une guerre civile, doivent signer jeudi 19 juillet 2018, un accord "préliminaire" de partage du pouvoir qui sera suivi d’un accord définitif le 26 juillet, selon les autorités du Soudan voisin.
Le ministère soudanais des Affaires étrangères dans un communiqué publié à Khartoum, a déclaré que toutes les parties vont signer un accord préliminaire du partage de pouvoir ce jeudi 19 juillet 2018.

Selon la même source, ni le président sud-soudanais Salva Kiir ni son ex-vice-président et leader rebelle Riek Machar, protagonistes de la guerre civile dans le plus jeune pays du monde, indépendant du Soudan depuis 2011, n’ont "jusqu’à ce soir" rejeté le projet d’accord.

L’accord définitif doit être signé le 26 juillet en présence du président soudanais Omar al-Bashir et d’autres dirigeants de l’Afrique de l’Est. Les négociateurs de M. Machar ont confirmé les deux dates tout en ajoutant qu’ils avaient fait des remarques.

«  Nous allons voir si nos remarques ont été introduites dans le projet final que les médiateurs doivent nous présenter demain (mercredi) », a déclaré Pouk Both, porte-parole de M. Machar.

Le Soudan du Sud s’est enfoncé dans une guerre civile en fin 2013 quand Salva Kiir a accusé son vice-président Riek Machar de fomenter un coup d’État. Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés.

MM. Kiir et Machar se sont déjà convenus d’instaurer un cessez-le-feu permanent et de retirer leurs troupes des zones urbaines.
Lors des pourparlers le 7 juillet à Kampala, en Ouganda, ils ont également accepté un accord de partage du pouvoir qui doit voir Riek Machar retrouver la vice-présidence.

L’accord définitif doit être signé le 26 juillet en présence du président soudanais Omar al-Bashir et d’autres dirigeants de l’Afrique de l’Est.
Un accord similaire avait été signé en 2015 mais il a été violé après une bataille meurtrière après laquelle Riek Machar s’est exilé.

La semaine dernière l’ONU a imposé un embargo sur les armes au Soudan du Sud, alors que les tractations diplomatiques n’ont pas, en près de cinq ans de conflit, réussi à mettre un terme à la guerre civile.

Laetitia ZOUNDI
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Présidentielle à Madagascar : peu d’affluence dans les bureaux de vote

Un peu moins de 10 millions d’électeurs sont appelés à élire leur président à Madagascar pour le deuxième tour de l’élection présidentielle. Il s’agit de départager les deux finalistes, deux ex-présidents, (...)

Belgique : le Premier ministre Charles Michel démissionne

Le Premier ministre belge Charles Michel a annoncé ce mardi 18 décembre au soir sa démission devant la Chambre des représentants députés. Il s’est ensuite rendu au palais royal pour présenter (...)

Gabon : l’opposition divisée échoue à profiter de l’absence du président

L’opposition gabonaise, divisée, tente vainement de tirer profit de l’absence depuis près de deux mois du président Ali Bongo Ondimba qui, victime d’un accident vasculaire cérébral, est en (...)

Sanctions de l’UE : la RDC fixée sur son sort ce lundi

L’Union européenne devrait se prononcer ce lundi sur l’avenir des sanctions contre des officiels de RDC dont Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du pouvoir à la présidentielle du 23 décembre. Du (...)

Commentez