Presse : 34 journalistes tués à cause de leur travail (ONG)

Selon le Comité de protection des journalistes (CPJ), une ONG internationale de défense de la presse, 34 journalistes ont trouvé la mort au premier semestre de cette année. Pour eux, c’est un chiffre en baisse par rapport à la même période de l’année dernière.

Ils manquent aujourd’hui à l’appel dans leurs rédactions. Il s’agit des 34 journalistes qui ont été tués ces six derniers mois à cause de leur travail. Ce travail consiste à informer la planète tout entière de ce qu’il se passe sur la terre des hommes.
En effet, c’est ce qu’a révélé le vendredi 20 juillet sur sa page Twitter, le Comité de protection des journalistes (CPJ). En épinglant une cartographie des zones criminogènes pour les journalistes, le Moyen-Orient occupe la première marche du podium. D’ailleurs, cela se donne à lire sur le tweet de l’ONG de défense des droits des journalistes.

So far in 2018, at least 34 journalists have been killed in relation to their work worldwide. 24 of them were murdered in reprisal for their reporting.https://t.co/2XLnSSpNEO pic.twitter.com/i0T15zVkHW
— Committee to Protect Journalists (@pressfreedom) 20 juillet 2018
Cette situation est positive que celle des années extérieures, car ce chiffre est largement inférieur à ceux des années précédentes. L’année dernière, par exemple, 50 journalistes ont été assassinés à cause de leur travail au premier semestre contre 74 en 2016.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

Une autre humanitaire tuée par Boko Haram au Nigeria (gouvernement)

Une travailleuse humanitaire enlevée par Boko Haram a été tuée par ce groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria, un mois après qu’une sage-femme, également kidnappée, a été tuée par ces mêmes (...)

Burkina Faso : Cris de cœur des employés de la mine d’Inata

Le collectif des employés de la Société des mines de Belahouro en chômage technique était face à la presse ce vendredi 12 octobre 2018 dans la salle de réunion de la bourse de travail à Ouagadougou. (...)

Conseil des droits de l’homme de l’ONU : ces représentants africains qui suscitent l’indignation

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a élu vendredi un nouveau groupe de membres pour un mandat de trois ans. Mais, des 18 pays élus, le Cameroun, l‘Érythtrée et la Somalie n’est pas du (...)

Catastrophe à Gênes : des funérailles nationales controversées

En Italie, à Gênes, les secours s’affairent toujours dans les décombres du pont Morandi pour tenter de retrouver les cinq personnes encore portées disparues. Toute la classe politique italienne est (...)

Commentez