TGI de Ouaga : Bonato réclame 150 millions à Hervé Ouattara et Safiatou Lopez pour diffamation et injures sur facebook


Hervé Ouattara et Safiatou Lopez ont comparu hier 19 juillet 2018 au Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou. Cette comparution fait suite à la plainte portée par Jean Marc Bonato, qui n’est autre que l’individu contre qui est reproché des faits de pédophilie sur le jeune Eugène.

Il accuse ces deux figures de la société civile burkinabè de diffamation et d’injures publiques via les réseaux sociaux et réclame 50 millions au titre des préjudices subis.
Sur les deux accusés, seul Hervé Ouattara était présent devant la cour pour donner sa version des faits. L’absence de dame Lopez n’a pas empêché le procès de s’ouvrir.

Assisté par son conseil Me Sombié, l’une des figures emblématiques de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, Hervé Ouattara était devant le TGI de Ouaga pour répondre des faits de diffamation et d’injures que lui reproche Bonato.

Hervé Ouattara, a d’entrée de jeu reconnu les faits qui lui sont reprochés. Ce qui a sans doute contraint son avocat à être peu bavard durant le procès.
En effet, tout est parti d’une publication postée par Safiatou Lopez et partager le 23 avril 2018 par Hervé Ouattara. Dans cette publication il est écrit «  Jean Mar BONATO propriétaire de l’imprimerie Imprimcolor sis à Gounghin est le criminel qui a violé le petit Eugène …  ».

Le méa culpa de Hervé Ouattara
Pour Hervé Ouattara, il n’est pas l’auteur de l’écrit. Il n’a fait que partager « sans intention de nuire à quelqu’un » clame t-il. C’est pourquoi, « j’ai mentionné pris sur un mur  » s’est-il défendu. Il ajoute avoir partagé sans «  mesurer  » le contenu de l’écrit, et que si cela a causé du tord au sieur Bonato, «  je m’en excuse » dit-il.

« Trop facile ces excuses », rétorquent les avocats de Bonato, pour qui, les gestes et faits de Hervé ne justifient pas son regret. Ils en veulent pour preuve l’existence toujours du post sur la page de Hervé. Aussi, la mention ‘’pris sur un mur’’ ne saurait enlever sa responsabilité, réplique Me Nion l’un des avocats de Bonato. «  Vous êtes responsable de cette publication  » charge t-il. Puis d’ajouter «  quand on est quelqu’un qui a de l’audience, nos moindre actes peuvent être interprétés » par ceux qui vous suivent. Me Nion a au passage prodigué quelques conseils à Hervé Ouattara.
Les avocats de Bonato réclament 150 millions
Les avocats de Bonato estiment que Hervé et Safiatou ont manifestement publié et laissé partager par des centaines de personnes l’écrit afin de «  nuire à la réputation de Bonato » et de le « jeter en pâture ».

Ces avocats vont dans une tirade charger Hervé Ouattara pendant un bon bout de temps. L’infraction est constituée, réclament-ils. Ainsi, dans leurs prétentions les avocats de Bonato demandent à la cour de condamner solidairement dame Lopez et Hervé à verser une somme de 150 millions au titre des préjudices subis par leur client. Ils ont souhaité aussi que les dépenses et frais liés au procès soient mis à la charge des accusés et qu’ils publient pendant un mois, la décision qui sera rendue dans un journal officiel. Pour conclure les avaocat de Bonato ont demandé que la condamnation soit assortie d’une exécution provisoire.

Le contre-pied du ministère public
Le procureur a expliqué que l’infraction ne semble pas être constituée à ces yeux. Il prétend qu’il n’y a pas de diffamation contre Bonato. Pour lui la procédure judiciaire lancée contre Bonato dans cette affaire de viol du jeune, indique que Bonato pourrait être coupable. Et s’il est coupable alors les écrits ne seront plus diffamatoires puisqu’il s’agirait d’une vérité.

Aussi, pense t-il que Bonato aurait mieux faire de se présenter à la justice au lieu de quitter le pays et ne pas répondre à la plainte formulée contre lui. Il estime que l’absence de Bonato en dit long sur sa culpabilité présumée.
Le procureur conclu dont à la relaxe pure et simple des deux prévenus que sont Hervé et Lopez.
Le délibéré de l’affaire a été renvoyé au 2 août 2018.

Dans la même rubrique

Burkina : Le Chargé d’affaire chinois chez le premier ministre pour préparer la visite de Roch à Beijing

Le chargé d’affaire chinois, Li Jian a été reçu en audience dans la matinée de ce mardi 14 août 2018 par le premier ministre Paul Kaba Thiéba. Li Jian, par ailleurs futur ambassadeur de la Chine au (...)

Burkina Faso : Le commissariat de Police de Sig-Noghin a mis hors d’état de nuire sept (7) présumés délinquants

Le Commissariat de Police de l’arrondissement de Sig-Noghin a mis fin aux activités d’un groupe de délinquants spécialisé dans le vol avec effraction d’engins à deux roues. Ces présumés délinquants ont (...)

Reflet 7 : L’hebdomadaire récapitulatif de l’actualité

Chers lecteurs de Refletafrique.net, c’est encore un réel plaisir pour la Rédaction de vous retrouver en ce début de semaine. Pour une belle entame avec l’actualité, nous vous proposons de faire un (...)

Vote des burkinabè de l’étranger : Des milliers de compatriotes exclus ?

« Nos compatriotes vivant à l’extérieur vont voter en 2020, ce n’est pas une question discutable encore » cette phrase c’est le chef de l’état qui l’avait prononcé lors du forum de la diaspora tenu en (...)

Commentez