Burkina : « L’opération saaga ne fonctionne plus », ministre de l’agriculture, Jacob Ouédraogo

Le ministre en charge de l’agriculture, Jacob Ouédraogo a fait le bilan du niveau d’installation de la campagne agricole humide 2018 et les précautions à prendre pour une bonne campagne agricole. C’était le vendredi 20 juillet 2018 à Ouagadougou au cours de l’habituel conférence de presse du gouvernement.

En ce qui concerne le niveau d’installation, la campagne agricole indique une situation déficitaire dans la majeure partie du territoire. Alors que les zones à cumul pluviométrique excédentaire par rapport à 2017 ont été observées du Sahel, du Centre-Ouest et des Cascades.

Pour l’ensemble de la campagne agricole, le ministre s’appuyant sur les résultats de l’Agence nationale de la météorologie (ANAM), affirme que, « l’on peut espérer une campagne agricole fructueuse »

En ce qui concerne «  l’opération saaga  » tant décriée par la population en son temps et aujourd’hui demandé par celle-ci, le ministre Ouédraogo a annoncé son non fonctionnement. «  L’opération saaga ne fonctionne plus parce qu’il y a un manque de matériels. Les appareils qui faisaient le travail sont usés et ne fonctionne plus. Aussi l’enveloppe financière n’a pas encore été bouclée » pour reprendre l’activité. A-t-il ajouté.

Il a annoncé qu’il est attendu de cette campagne agricole une production de 5 800 000 tonnes de céréales et plus de 1 500 000 tonnes de cultures de rentes et 979900 tonnes d’autres cultures vivrières. Afin d’accélérer l’adoption des techniques et technologies agricoles, « nous avons mis en place 5200 outils de vulgarisation comprenant des parcelles de démonstration, des champs écoles de producteurs », a déclaré M. Ouédraogo.

«  Les producteurs sont invités à l’utilisation des semences améliorées, des engrais de qualité et des pesticides homologués. Ils sont aussi invités à la pratique de l’irrigation de complément à partir des bassins de collecte d’eau de ruissèlement et de toute retenue d’eau  », a -t-il ajouté.
La campagne agricole de cette année est particulièrement marqué par l’apparition de la chenille légionnaire d’automne dans certaines régions du pays. Et le ministre de dire que, « nous avons placé la campagne sous le signe de la lutte contre les prédateurs des cultures ».

Dans le cadre de la lutte contre la chenille légionnaire d’automne, « les équipes de traitement phytosanitaire sont actuellement déployés dans les régions », a-t-il assuré. Par conséquent les producteurs et productrices sont invités à une surveillance permanente de leur exploitation en vue d’une riposte précoce.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

Mali : Abdoulaye Coulibaly, le nouveau chef d‘état-major des armées !

24 heures après le massacre de quelque 130 Peuls à Ogossagou dans le centre du Mali, le gouvernement malien a annoncé ce dimanche limogeage des principaux chefs de l’armée. Il s’agit du chef (...)

MESRSI/Burkina:Une recommandation pour la sécurisation des universités prise au cours du CASEM 2019.

Le ministère en charge de l’Enseignement supérieur a organisé un Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) le vendredi 22 mars 2019 à Ouagadougou. Ce CASEM qui est la première session de (...)

Attaque gendarmerie Kongoussi/Burkina : trois victimes collatérales

La gendarmerie de Kongoussi a été attaquée ce mercredi 06 février 2019 par des assaillants. Une femme qui était sur le point d’accoucher et son accompagnant ont été mortellement atteints lors de ladite (...)

Burkina Faso : L’état d’urgence décrété dans les zones fortement attaquées.

Réuni en conseil de ministres extraordinaire ce lundi 31 décembre 2018, le conseil de ministre a décidé de décréter l’état d’urgence dans certaines régions du pays. Cette décision fait suites aux (...)

Commentez