Burkina : « L’opération saaga ne fonctionne plus », ministre de l’agriculture, Jacob Ouédraogo

Le ministre en charge de l’agriculture, Jacob Ouédraogo a fait le bilan du niveau d’installation de la campagne agricole humide 2018 et les précautions à prendre pour une bonne campagne agricole. C’était le vendredi 20 juillet 2018 à Ouagadougou au cours de l’habituel conférence de presse du gouvernement.

En ce qui concerne le niveau d’installation, la campagne agricole indique une situation déficitaire dans la majeure partie du territoire. Alors que les zones à cumul pluviométrique excédentaire par rapport à 2017 ont été observées du Sahel, du Centre-Ouest et des Cascades.

Pour l’ensemble de la campagne agricole, le ministre s’appuyant sur les résultats de l’Agence nationale de la météorologie (ANAM), affirme que, « l’on peut espérer une campagne agricole fructueuse »

En ce qui concerne «  l’opération saaga  » tant décriée par la population en son temps et aujourd’hui demandé par celle-ci, le ministre Ouédraogo a annoncé son non fonctionnement. «  L’opération saaga ne fonctionne plus parce qu’il y a un manque de matériels. Les appareils qui faisaient le travail sont usés et ne fonctionne plus. Aussi l’enveloppe financière n’a pas encore été bouclée » pour reprendre l’activité. A-t-il ajouté.

Il a annoncé qu’il est attendu de cette campagne agricole une production de 5 800 000 tonnes de céréales et plus de 1 500 000 tonnes de cultures de rentes et 979900 tonnes d’autres cultures vivrières. Afin d’accélérer l’adoption des techniques et technologies agricoles, « nous avons mis en place 5200 outils de vulgarisation comprenant des parcelles de démonstration, des champs écoles de producteurs », a déclaré M. Ouédraogo.

«  Les producteurs sont invités à l’utilisation des semences améliorées, des engrais de qualité et des pesticides homologués. Ils sont aussi invités à la pratique de l’irrigation de complément à partir des bassins de collecte d’eau de ruissèlement et de toute retenue d’eau  », a -t-il ajouté.
La campagne agricole de cette année est particulièrement marqué par l’apparition de la chenille légionnaire d’automne dans certaines régions du pays. Et le ministre de dire que, « nous avons placé la campagne sous le signe de la lutte contre les prédateurs des cultures ».

Dans le cadre de la lutte contre la chenille légionnaire d’automne, « les équipes de traitement phytosanitaire sont actuellement déployés dans les régions », a-t-il assuré. Par conséquent les producteurs et productrices sont invités à une surveillance permanente de leur exploitation en vue d’une riposte précoce.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

France : Edouard Philippe détaille les mesures en faveur des « gilets jaunes »

Après la parole, les actes. Edouard Philippe détaille dans le journal « Les Echos » les mesures annoncées par le président en réponse à la crise des « gilets jaunes ». Le Premier ministre français (...)

REFLET7 : l’hebdomadaire récapitulatif de l’actualité

Refletafrique.net est heureux de vous retrouver une fois de plus pour entamer une nouvelle semaine de l’actualité africaine et internationale. La rédaction vous invite à cet effet à refaire un tour (...)

Burkina/Kantchari : Une école incendiée, des instituteurs sommés d’enseigner en arabe

L’école primaire publique de Sampiéri (Kantchari) a été incendiée dans la nuit de jeudi à vendredi par des assaillants qui ont aussi sommés les instituteurs, d’enseigner en arabe, en lieu et place du (...)

Burkina Faso : Un deuxième syndicat voit le jour dans la famille policière

Alliance de la Police Nationale, (APN), c’est le nom du nouveau syndicat » de la police. Ce jour 30 octobre 2018, au centre de presse Norbert Zongo, les membres du bureau exécutif de ce nouveau (...)

Commentez