RD Congo : Bemba retourne au Congo le 1er Aout

L’ex-chef de guerre congolais Jean-Pierre Bemba va faire son retour à Kinshasa le 1er août selon l’information donnée par son parti. Après avoir été acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), son parti l’avait investi candidat à la présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo).

Le MLC a écrit dans un communiqué que, «  le Mouvement de Libération du Congo (MLC) a l’insigne honneur de porter à la connaissance de l’opinion qu’il a plu à Dieu tout-puissant, après dix ans d’absence au pays, de permettre le retour du sénateur Jean-Pierre Bemba Gombo sur sa terre natale, la terre de ses ancêtres, la République démocratique du Congo, ce mercredi 1er août, à l’aéroport international de N’Djili »

Signé par la secrétaire générale Eve Bazaiba, le communiqué poursuit que, «  le MLC invite la population congolaise, particulièrement les Kinois et les Kinoises, à lui réserver un accueil chaleureux, dans la paix et l’allégresse  ».

M. Bemba âgé de 55 ans, se trouve actuellement en Belgique. Il a été acquitté et remis en liberté provisoire sur décision du jury d’appel de la CPI en juin. Il avait été condamné en 2016 à 18 ans de prison pour des exactions commises par sa milice en Centrafrique au début des années 2000.
En début juillet, un procureur de la CPI a demandé un maximum de cinq ans de prison dans une affaire annexe de subornation de témoins. Ses avocats plaident la relaxe. Mais, la CPI n’a donné aucune date pour l’annonce du verdict.

Lors de son acquittement, la CPI avait posé des conditions à sa libération provisoire. Parmi ses conditions, il y a celle qui dit de « ne pas changer d’adresse sans préavis".
Le processus électoral en RDC entre dans une phase décisive avec le dépôt des candidatures à l’élection présidentielle à partir de mercredi jusqu’au 8 août. Ainsi M. Bemba peut faire la demande d’un passeport diplomatique auprès de l’ambassade de la RDC à Bruxelles, selon les dires le ministre congolais des Affaires étrangères le 25 juin dernier.

Ex-vice-président et candidat en 2006, M. Bemba avait quitté Kinshasa en 2007 après des combats entre sa milice et l’armée du président Joseph Kabila qui avaient fait des dizaines de morts. Originaire de l’Equateur (nord-ouest), M. Bemba est très populaire dans l’ouest du pays et à Kinshasa où il avait fait de bons scores en 2006.
Une foule monstre avait réclamé en fin juillet 2016 le retour à Kinshasa de l’opposant historique Etienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017.

Depuis, au moins deux annonces de retour n’ont jamais abouti. Il y a celle de l’opposant en exil et candidat déclaré à la présidentielle Moïse Katumbi, dont l’avocat doit s’exprimer mardi à Paris, et...celle de la dépouille de M. Tshisekedi, qui se trouve toujours à Bruxelles, faute d’application d’un accord entre la famille et les autorités pour le rapatriement et les obsèques.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina/Echangeur du Nord : Un seul ouvrage, plusieurs géniteurs.

Après trois ans d’attente, les populations du nord de la capitale Ouagadougou peuvent enfin se réjouir de la fin des travaux de l’échangeur du nord. Lancé le 15 décembre 2015 sous la transition par le (...)

Vie de couple : Les 3 secrets d’un mariage heureux, 50 ans de bonheur, et ce n’est pas fini !

Est-ce qu’on peut vraiment rester un couple heureux pendant 50 ans ? Est-ce réellement possible dans un monde où les voitures, les iPads et les téléphones sont réactualisés tous les ans, dans un monde (...)

Gabon : Ali Bongo se remet de son malaise

La présidence du Gabon a annoncé dimanche que le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba était “en phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques”. Le président Bongo, âgé de 59 ans, a été (...)

Journalistes de RFI tués au Mali en 2013 : des proches demandent l’audition de François Hollande

Des proches des journalistes de Radio France internationale (RFI) assassinés au Mali en 2013 demandent aux juges français en charge de l’enquête d’entendre comme témoin l’ancien président français (...)

Commentez