Affaire Benalla : Emmanuel Macron déclare être le seul responsable.

Alors qu’il ne s’est toujours pas exprimé publiquement depuis le début de l’affaire Benalla, Emmanuel Macron a pris la parole ce mardi 24 juillet 2018 devant des élus de la majorité LREM-MoDem et plusieurs membres du gouvernement réunis à la Maison de l’Amérique latine, à Paris. Près d’une semaine après l’éclatement de l’affaire Benalla, Emmanuel Macron est venu regonfler le moral des troupes, sans la présence de la presse.

Selon des propos rapportés par des députés présents, Emmanuel Macron dit avoir ressenti les « actes du 1er-Mai  » d’Alexandre Benalla comme « une trahison ».
Alors que quelques heures plus tôt, devant l’Assemblée nationale, son directeur de cabinet Patrick Strzoda et le Premier ministre Edouard Philippe l’exonéraient, le chef de l’Etat revendique sa responsabilité. « Ça n’est pas la République des fusibles, la République de la haine. On ne peut pas être chef par beau temps et vouloir s’y soustraire lorsque le temps est difficile. S’ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français », a-t-il déclaré, sans qu’on sache qui était ce « ils  » qu’il désignait.

« La République exemplaire n’empêche pas les erreurs. S’ils cherchent un responsable, le seul responsable, c’est moi et moi seul. C’est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C’est moi qui ai confirmé la sanction  », a poursuivi le président, selon des propos rapportés.
Devant la commission des Lois ce mardi après-midi, Patrick Strzoda avait affirmé avoir pris la décision de suspendre M. Benalla lui-même sans en référer au président de la République, en déplacement en Australie.

Il a déclaré en ces termes : « Alexandre Benalla n’a jamais détenu de codes nucléaires. Alexandre Benalla n’a jamais occupé un 300 m² à l’Alma. Alexandre Benalla n’a jamais gagné 10 000 euros. Alexandre Benalla lui non plus n’a jamais été mon amant, ces choses qu’on a entendues ces derniers jours...
Puis, toujours aux côtés des membres du gouvernement, Emmanuel Macron a lâché Alexandre Benalla, qui était l’un de ses proches depuis sa campagne présidentielle victorieuse
 : « Ce qui s’est passé le 1er mai a été pour moi une trahison ». A déclaré le président.

Selon un sondage publié ce mardi, 75 % des Français souhaitaient que le président de la République sorte publiquement de son silence au sujet de l’affaire Benalla. «  Emmanuel Macron parle à Emmanuel Macron. La République de l’entre-soi », a réagi le chef de file des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau.

Laetitia ZOUNDI
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Elections en RDC : l’Union africaine demande "la suspension de la proclamation des résultats définitifs"

L’Union africaine (UA) a mis la pression sur la République démocratique du Congo en demandant jeudi soir la "suspension" de la proclamation des résultats électoraux définitifs ainsi que l’envoi d’une (...)

RDC : Les Etats-Unis se prononcent sur les résultats de la présidentielle

La commission électorale a publié les résultats de la présidentielle du 30 décembre2018. Ces résultats ont été remportés par Félix Tshisekedi. « Prenant note », les États-Unis exigent tout de même des (...)

Mur et « shutdown » : Trump va s’adresser à la nation, et se rendre à la frontière

Le président américain s’adressera ce mardi 8 janvier 2019 à la nation. Une décision annoncée lundi par la Maison Blanche. Donald Trump entend plaider pour la nécessité de construire un mur à la (...)

La Chine « se prépare à la guerre » et menace Taïwan

En Chine, l’armée populaire de libération vient de publier dans son journal officiel ses objectifs pour 2019 et c’est un programme très engagé qui a été révélé. Dans un contexte de tensions grandissantes (...)

Commentez