Présidentielle 2020 : voici la stratégie de l’opposition

A la clôture du 2e congrès de l’Union pour le progrès et le changement UPC tenu le dimanche 22 juillet, Zéphirin Diabré s’est prononcé sur les critiques de son rapprochement avec l’ex-majorité le CDP et l’ADF-RDA. Il a aussi indiqué la démarche que compte adopter l’opposition pour l’élection présidentielle de 2020.

Pour ceux qui critiquent son rapprochement avec le CDP et l’ADF -RDA, le président de l’UPC répond qu’on ne va pas continuer indéfiniment à reprocher au CDP d’avoir gérer le pays.

Il est estime que le CDP a connu des sanctions. Pour lui, le CDP est un parti légal et non un parti clandestin. « Si on estime que le CDP ou l’ADF-RDA n’ont pas droit à faire la politique qu’on prenne une loi pour dire qu’ils n’ont pas droit de faire la politique et c’est tout », s’est offusqué Zéphirin.
Quelle formule pour l’opposition en 2020

A entendre Zephirin DIABRE, il faut une sorte de courtoisie à l’égard du CDP. « A l’UPC nous sommes contents de coopérer avec l’ancienne majorité. D’ailleurs dit-il « l’opposition travail pour voir comment trouver un schéma coordonné en 2020 ».
A la question de qu’en est t-il de la candidature unique au sein de l’opposition Zéphirin réplique « est-ce que c’est la meilleur formule, ce n’est pas forcément la meilleure formule ».

Sur la question du vote des burkinabè de l’étranger, Zéphirin estime que les pièces exigées et les lieux de votes (les ambassades et consulats) sont de natures à empêcher certains compatriotes d’aller voter. Pour le président de l’UPC, ce sont les compatriotes de la Côte d’Ivoire qui font « peur au MPP ».

Le MPP «  raconte des histoires  »
Il a expliqué : « toute la gymnastique qu’ils sont entrain de faire, s’ils avaient le sentiment que les burkinabè de l’étranger allaient voter en leur faveur, ils seraient les premiers à dire que n’importe quel document peut voter. Ce qu’ils racontent ce sont des histoires, ils ont peur que les burkinabè de la Côte d’Ivoire ne votent pas pour eux  ».

Des dires de Zéphirin le pouvoir veut mettre en place un autre système qui consisterait à surseoir à l’enrôlement biométrique des jeunes ayant 18 ans pour le confier à l’Office nationale d’identification (ONI).
Pour Zéphirin s’il y avait « la confiance » entre les acteurs politiques, cela ne devrait poser aucun problème. «  Le drame c’est que nous sommes des pays de cagoulé, comment laisser le fichier électoral, et aller à l’ONI pour établir des cartes d’électeurs sur la base d’un fichier que personne n’a vu ? S’interroge t-il.

Joachim Yoda
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Fin de la conférence libyenne de Palerme sur une note incertaine.

La conférence sur la Libye qui s’est tenue à Palerme, en Sicile, s’est clôturée ce mardi 13 novembre 2018 sur une note incertaine. Si pour la première fois depuis cinq mois, le Premier ministre libyen (...)

Candidature unique de l’opposition en RDC : Tshisekedi et Kamerhe reculent sous la pression de leur base

L’unité n’a même pas tenu 24 heures : deux poids lourds de l’opposition congolaise ont annoncé dès lundi qu’ils se retiraient de l’accord qu’ils avaient signé la veille pour désigner un candidat unique de (...)

2e congrès ordinaire de l’UPC : Zeph reconduit à la tête de l’UPC

La cérémonie de clôture du 2e congrès de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) s’est déroulée hier dimanche dans l’après-midi au palais des sports de Ouaga 2000. Le docteur Zéphirin Diabré a été (...)

Burkina Faso : préparatifs du 2e congrès ordinaire de l’Union pour le Progrès et le Changement

L’Union pour le Progrès et le Changement, UPC a animé une conférence de presse ce lundi 16 juillet 2018 à Ouagadougou. Cette conférence à été l’occasion d’échanger sur le contenu et le déroulement du 2e (...)

Commentez