Côte d’ivoire : Laurent Gbagbo demande à être acquitté de tout crime contre l’humanité

L’ex-président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo a exhorté les juges internationaux à prononcer son acquittement et à le libérer de prison, argumentant que le procureur n’a pas été en mesure de prouver les accusations de crimes contre l’humanité.
Dans une requête envoyée lundi à la Cour pénale internationale (CPI), les avocats de la défense ont estimé que M. Gbagbo devrait être acquitté de toutes les charges retenues contre lui suite aux violences post-électorales qui ont déchiré la Côte d’Ivoire en 2010-2011.

Les éléments présentés par le procureur sont insuffisants pour prouver les charges à l’encontre de Laurent Gbagbo au-delà de tout doute raisonnable”, ont-ils écrit à la Cour basée à La Haye.

En novembre 2010, l’ex-chef d’Etat — le premier à être jugé par la CPI — avait refusé de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, déclaré vainqueur par la Commission électorale mais non reconnu par le Conseil constitutionnel. Cette décision avait entraîné la Côte d’Ivoire dans une crise meurtrière qui a causé la mort de 3.000 personnes.

Après avoir occupé le palais présidentiel pendant plusieurs mois, Laurent Gbagbo a finalement été arrêté en avril 2011 par les forces d’Ouattara, soutenues par les Nations unies et la France, avant d‘être remis à la CPI.

Dans ce procès ouvert en janvier 2016, l’ancien président ivoirien, 73 ans, fait face à quatre chefs d’accusation pour meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains. Le procureur a fait appel à 82 témoins, en plus de présenter des milliers de documents et des centaines d’heures de vidéos.

L’avocat de la défense Emmanuel Altit a demandé à la Cour d’abandonner les accusations contre Laurent Gbagbo, demandant “qu’un jugement d’acquittement portant sur toutes les charges soit prononcé” ainsi que “la mise en liberté immédiate” de son client.La question sera tranchée lors d’une audience prévue le 1er octobre prochain, durant laquelle les arguments de la défense et ceux du procureur seront entendus.

Ce n’est pas la première fois que Laurent Gbagbo espère être libéré. En juillet 2017, cinq juges de la Cour d’appel ont ordonné une nouvelle révision de l’affaire afin de juger s’il devait être gardé en détention ou non, compte tenu de son âge et de son état de santé.

Mais les juges ont refusé sa demande de libération pour le reste de son procès, la défense n’ayant “pas fourni des conditions concrètes et solides qui garantiraient la présence de M. Gbagbo à son procès s’il est libéré”.
En rappel, l’ex-président de la Côte d’Ivoire Laurent Gbagbo, est Incarcéré à la Cour pénale internationale depuis près de six ans.

Laetitia ZOUNDI
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Burkina : Arrestation d’une trentaine de personnes soupçonnées d’excision

Les autorités burkinabè ont arrêté une trentaine de personnes. Celles-ci sont soupçonnées d’avoir participé à des mutilations génitales féminines sur une soixantaine de filles actuellement hospitalisées. (...)

Coopération Burkina Faso-Ghana : Le Président du Faso a échangé avec ses compatriotes du Ghana.

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a clos sa visite d’amitié et de travail par une rencontre avec les représentants de ses compatriotes vivant au Ghana, ce mardi en début d’après-midi à (...)

Congo-mort de 13 jeunes : « ces jeunes avaient été torturés puis exécutés » (ONG)

Pour l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), les jeunes décédés dans la nuit du 22 au 23 juillet dans le commissariat de l’ancien Chantier de construction navale (CHACONA) au nord de (...)

Ethiopie : la police conclut au suicide du directeur de barrage de la Renaissance (média)

La police a conclu au suicide dans l’enquête sur la mort du directeur de projet controversé du grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu, ont annoncé vendredi les médias d’Etat éthiopiens. Le (...)

Commentez