Marche-meeting de l’opposition : « Si le gouvernement demande des idées, on les lui donnera »

Annoncée pour le 29 septembre prochain, la marche meeting de l’opposition politique aura bel et bien lieu à en croire les leaders de l’opposition. En conférence de presse ce mardi 11 Septembre 2018, ils ont rappelé la nécessité d’une telle activité.

‘’Cette journée nationale de protestation n’est pas seulement celle de l’opposition’’, a voulu d’entrée de jeu rappeler l’Opposition politique aux journalistes présent à ce point de presse.

Selon elle, les raisons de cette protestation sont diverses et ne se résume pas uniquement aux problèmes sécuritaires. La crise du logement, la corruption, le chômage des jeunes, la politisation de l’administration et la mal gouvernance sont entre autre des réalités que vivent les populations.

L’opposition a tenue à rassurer l’opinion, que c’est une marche pacifique et républicaine qu’elle compte organiser .Elle dit ne pas comprendre les agissements de certains OSC depuis l’annonce de cette marche.

Quant à l’appel au dialogue fait par le président de l’assemblée nationale, l’opposition politique à travers ses portes paroles du jour à savoir Mamadou Kabré et Adama Séré, rejette la balle dans le camp de la majorité. « Si l’on doit dialoguer c’est au président du Faso, garant de l’unité nationale que revient cette initiative », ont t’ils ajouté.

L’opposition politique dit par ailleurs être prêt à proposer des solutions au gouvernement si ce dernier venait vers elle.

Ibrahim DIANDA
Refletafrique.net

Dans la même rubrique

Dialogue politique au Burkina : l’intégralité des conclusions

Le dialogue politique initié par le chef de l’Etat burkinabè, Roch Kaboré, a livré ses conclusions ce lundi 22 juillet, soit une semaine jour pour jour de travaux ayant regroupé une cinquantaine de (...)

Israël démolit les maisons palestiniennes considérées comme illégales

Israël a entamé ce lundi 22 juillet la destruction controversée d’une dizaine de bâtiments situés à Sour Baher, près de Jérusalem, qui se trouvaient trop près de la barrière de séparation, selon les (...)

Commentez