Zimbabwe : l’opposition veut investir Nelson Chamisa "président légitime" du pays

Le chef de l’opposition zimbabwéenne Nelson Chamisa, qui dénonce les conditions frauduleuses de la victoire du chef de l’Etat Emmerson Mnangagwa lors des récentes élections, veut se faire symboliquement investir samedi président "légitime" du pays.

"Le président (Chamisa) sera reconnu comme le président légitime du Zimbabwe par son parti et par le peuple, conformément aux résolutions du parti", a annoncé mardi à l’AFP son porte-parole Nkululeko Sibanda.

Au pouvoir depuis la chute de Robert Mugabe en novembre dernier, M. Mnangagwa, 75 ans, a été déclaré élu au premier tour de la présidentielle du 30 juillet avec 50,8% des suffrages.

Son principal rival, le chef du Mouvement pour un changement démocratique (MDC) Nelson Chamisa, a été crédité de 44,3%.

Arguant de fraudes et d’irrégularités, il a contesté les résultats devant la Cour constitutionnelle, qui a rejeté son recours faute de preuves et définitivement validé la victoire de M. Mnangagwa.

Même s’il a dit accepter la décision de la plus haute instance judiciaire du pays, M. Chamisa continue à se considérer comme le seul vainqueur des élections générales.
"Le parti va investir son gouvernement à l’occasion de son 19e anniversaire ce samedi (...) des résolutions seront votées pour reconnaître publiquement sa victoire", a insisté M. Sibanda.

"Un autre président a été mis en place par des moyens illégaux mais le peuple va investir le président Chamisa", a-t-il conclu.

L’ancien maître du pays Robert Mugabe avait accusé M. Mnangagwa, son ancien vice-président, de trahison pour avoir précipité sa chute et suggéré qu’il voterait pour M. Chamisa.

Mais la semaine dernière, il a reconnu publiquement sa victoire. "Mnangagwa est vainqueur", a-t-il dit alors qu’il participait à des obsèques, "on ne peut pas le nier".

AFP

Dans la même rubrique

Élections en RDC : l’opposition réclame l’invalidation des candidatures du pouvoir

Des opposants de RDC appellent la Commission électorale à invalider les dossiers des candidats du Front Commun pour le Congo (FCC) en se basant sur les textes dont la loi électorale et en s’appuyant (...)

Etats unis : Trump limoge son ministre de la Justice, premier acte post-élections

Au lendemain des élections de mi-mandat, le président américain a limogé son ministre de la Justice. Jeff Sessions était attaqué de manière récurrente par Donald Trump pour s’être récusé dans l’enquête (...)

Réunion de Palerme : le Premier ministre Sarraj réclame une "vision commune" sur la Libye

Le chef du gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, Fayez al-Sarraj, a appelé jeudi la communauté internationale à adopter enfin "une vision commune vis-à-vis du dossier libyen" à (...)

Gouvernance : légère amélioration en Afrique (Indice Mo Ibrahim)

La gouvernance en Afrique est en lente amélioration sur les dix dernières années, avec un recul concernant la sécurité et l’Etat de droit, selon l’indice de la fondation Mo Ibrahim publié lundi à (...)

Commentez