TANZANIE : Faux cils et faux ongles interdits au Parlement tanzanien

Les femmes arborant les faux cils et les faux ongles ne sont plus les bienvenues au Parlement tanzanien. En début de semaine, le président de l’institution a notifié cette interdiction aux femmes parlementaires, ainsi que toutes les femmes qui visitent la bâtisse.

“En vertu des pouvoirs qui me sont conférés par la Constitution de ce pays, j’interdis dès à présent à toutes les parlementaires de pénétrer dans le Parlement avec de faux cils et de faux ongles”, a déclaré Job Ndugai devant l’Assemblée nationale.

Raison évoquée pour justifier cette interdiction, la protection de la santé. En effet, l’annonce est venue après que Faustine Ndugulile, ministre adjointe de la Santé, du Développement local, de l‘Égalité des sexes, des Personnes âgées et des Enfants, a déclaré au parlement que les femmes utilisant de faux cils et de faux ongles encouraient de graves problèmes de santé.

Selon elle, plus de 700 femmes se rendent dans les hôpitaux du pays en raison de problèmes liés aux faux cils, aux faux ongles et aux produits éclaircissants.

Cette nouvelle mesure pourrait toucher bien de femmes, car depuis de longues années les faux cils et faux ongles font partie des tendances beauté. Mais les interrogations se posent davantage sur les moyens de surveillance et de pression dont dispose le Parlement tanzanien pour faire respecter sa décision. Et dire que le président de l’Assemblée nationale pensait également interdire les maquillages extravagants.

Avec Africanews

Dans la même rubrique

Vie de couple : Les 3 secrets d’un mariage heureux, 50 ans de bonheur, et ce n’est pas fini !

Est-ce qu’on peut vraiment rester un couple heureux pendant 50 ans ? Est-ce réellement possible dans un monde où les voitures, les iPads et les téléphones sont réactualisés tous les ans, dans un monde (...)

OPINION : Manque de Professionnalisme ou Une Haine Avérée Contre Le P-DG de KANIS ?

En parcourant les différents journaux d’investigation ces derniers temps, je me rends vraiment compte qu’en dehors de quelques uns, nous n’avons plus des journalistes d’investigation digne de ce nom (...)

Commentez