Burkina : « C’est une opposition aveugle qui ne joue pas son rôle » Benewendé Stanislas Sankara

L’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP) a échangé avec les journalistes ce jeudi 13 septembre 2018 à Ouagadougou. Des points d’actualité nationale, tels les attaques terroristes, le referendum et la marche de l’opposition le 29 septembre prochain étaient à l’ordre du jour.

La majorité présidentielle a donné sa lecture sur la situation nationale et les actions de l’opposition ce 13 septembre 2018 à Ouagadougou. Selon eux, quand on regarde les éléments des attaques, tout semble indiquer qu’il s’agit d’une véritable opération de déstabilisation de notre pays.

Dans ce contexte, les Forces de Défense et de Sécurité donnent le meilleur d’eux même pour préserver l’intégrité de notre territoire et assurer la sécurité à tous. Et « c’est en ce moment, que l’opposition burkinabè a choisi de protester et d’appeler toutes les forces vives de la nation à une action qualifiée de muscler contre le pouvoir du président », affirme Me Sankara.

L’APMP à travers son porte-parole Maître Benewendé Stanislas Sankara, a laissé entendre que le chef de file de l’opposition politique fait de la surenchère dans l’unique but de créer les conditions d’un mécontentement de nos populations déjà durement éprouvées par les attaques répétitives. Il espère ainsi obtenir un soulèvement à nouveau des populations contre le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré. A ajouté Me. Sankara.

Il trouve que l’opposition loin de son rôle cherche plutôt la courte échelle pour accéder au pouvoir d’Etat. C’est pourquoi il affirme que « c’est une opposition aveugle qui ne joue pas son rôle ». Pour l’APMP, la critique ne peut être synonyme d’absence ou la négation de toute objectivité dans le jugement et un parti politique incapable d’analyse et de proposition est inutile pour la nation.

Il trouve d’ailleurs qu’ « organiser chaque semaine des conférences de presse pour faire le procès d’un pouvoir n’est pas faire preuve de contre-proposition. Il est donc clair que le CFOP n’est pas un contrepouvoir, il est contre le pouvoir et il ne s’en cache point. Il poursuit en disant que, le CFOP méconnait les réalités socio-économiques de notre pays et ferme les yeux sur les réalisations du PNDES. »
Selon Me Sankara, « il est évident que des changements s’opèrent et le Burkina Faso est en voie d’émergence n’en déplaise aux pessimistes. »

En ce qui concerne, les attaques terroristes, elles sont des dangers pour la paix et le développement du peuple. Pour lui ces attaques de plus en plus organisées visent à démembrer notre pays pour y sanctuariser des rebellions armées. A en croire le porte-parole, leur but « est de conquérir le pouvoir par la force et d’établir un régime de dictature et de terreur …Il est malheureux que certains burkinabè inconscients se prêtent à ce dessein machiavélique ».

Me Sankara par ailleurs s’est posé la question à savoir pourquoi sous Blaise Compaoré, il n’y avait pas d’attaques. Question à laquelle il répond en disant que, « si sous Blaise Compaoré, il n’y a pas eu d’attaques, c’est qu’ils étaient nourris et logés à Ouaga  ». Il poursuit en affirmant que, « nous savons que le CDP est souvent derrière ces attaques ».

Pour lui, quand on regarde les attaques qui se font à l’Est, « on voit la main des professionnels » Sur la question du referendum et le message du balaie citoyen, il a répondu que ce sont des avis qui s’expriment.

Il a en outre lancer un appel à tous les burkinabè pour leur contribution dans la lutte contre le terrorisme. « Aucun sacrifice ne saurait être de trop pour barrer la route à ces projets sanguinaires et terroristes », a-t-il déclaré.

« Quelles que soient nos différences politiques, nos divergences d’approches quant à la façon de construire l’avenir de notre pays, nous devons tous, burkinabè de toutes les régions et toutes les ethnies, opposer un front commun contre l’ennemi terroriste. Ceux qui se mettent en marge ont intérêt avec ceux qui attaquent » Conclut Me Benewendé.

Alice Suglimanie THIOMBIANO
refletafrique.net

Dans la même rubrique

Présidentielle à Madagascar : vers un second tour Rajoelina-Ravalomanana

Sauf coup de théâtre, un second tour devra départager les frères ennemis Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana dans la course à la présidentielle à Madagascar, selon des résultats partiels publiés jeudi (...)

USA : Une ambassadrice pour l’Afrique du Sud, Lana Marks, créatrice de mode

Près de deux ans après l‘élection de Donald Trump à la Maison Blanche, l’Afrique du Sud a enfin un ambassadeur américain. Elle se nomme Lana Marks et elle est la créatrice d’une marque de sacs à main de (...)

Commentez