« Erdogan Not Welcome » : manifestation à Berlin contre la visite du président turc

Le président turc Recep Tayyip Erdogan achève ce samedi 29 septembre une visite d’État de deux jours en Allemagne. Après des rencontres vendredi avec le président de la République Steinmeier et la chancelière Merkel, il se rend aujourd’hui à Cologne pour inaugurer une mosquée financée avec des fonds turcs. Cette visite a donné lieu à de nombreuses critiques en raison des atteintes aux droits de l’homme en Turquie. Plusieurs manifestations anti-Erdogan ont été organisées à Berlin ainsi qu’à Cologne.

« Terroriste », « dictateur », « dégage » : les mots d’ordre de la manifestation « Erdogan Not Welcome » avaient le mérite de la clarté. De nombreux groupes de gauche, des organisations kurdes notamment, avaient appelé à manifester contre la venue du président turc à Berlin. Ils étaient plusieurs milliers au centre de Berlin vendredi en fin d’après-midi.
Dans le rassemblement, une femme estime qu’« avec cette visite, le tapis rouge et les honneurs militaires, l’Allemagne légitime toutes les horreurs commises par le régime turc ».
Les Turcs, parmi eux de nombreux kurdes, sont majoritaires dans cette manifestation qui n’a pas fait le plein, malgré le rejet massif de Recep Tayip Erdogan dans la population.
« Dictature »
Les manifestants, contrairement au gouvernement allemand, ne croient pas que recevoir le président turc pour discuter avec lui peut permettre de rapprocher les points de vue et de faire bouger Ankara.
« Erdogan met en place une dictature en Turquie, argue un manifestant. L’Allemagne l’a invité et je ne l’accepte pas. Il mène une guerre contre son propre peuple et des personnages comme lui n’ont pas leur place dans une démocratie comme en Allemagne. »
Un char en polystyrène emmène le cortège. On voit dessus des victimes ensanglantées et on peut lire sur le véhicule « Made in Germany », une référence aux ventes d’armes allemandes à la Turquie.

RFI

Dans la même rubrique

Mauritanie : pas de 3e mandat pour Mohamed Ould Abdelaziz

À l’occasion d’inauguration de l’édition 2018 du Festival culturel des villes anciennes, le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz à dévoiler ses intentions pour la prochaine élection (...)

Angola : Bras de fer entre Dos Santos et son successeur

L’ancien président angolais José Eduardo Dos Santos a réfuté le mercredi 21 novembre 2018, les accusations de son successeur Joao Lourenço. Il est accusé d’avoir vidé "les caisses de l’Etat", dans un (...)

Son départ, son avenir et les gilets jaunes : Hulot s’explique à la télé

Trois mois après sa démission fracassante du gouvernement, Nicolas Hulot était l’invité ce 22 novembre au soir de « L’émission politique » sur France 2. L’ex-ministre français de la Transition écologique (...)

Israël : le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza

Le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a annoncé sa démission ce mercredi 14 novembre. Il s’oppose à l’accord de cessez-le-feu avec le Hamas. Et provoque ainsi une crise ministérielle au (...)

Commentez