Afrique du Sud : nomination d’un nouveau ministre des Finances

Après plusieurs jours d’incertitudes et sous forte pression politique en Afrique du Sud, le président Cyril Ramaphosa a accepté la démission de son ministre des Finances, Nhlanhla Nene visé par une enquête pour corruption.

Le président Ramaphosa a immédiatement nommé l’ancien gouverneur de la banque centrale Tito Mboweni , nouveau ministre des Finances.

“ Dans l’intérêt de la bonne gouvernance, j’ai décidé d’accepter sa démission. Au cours de son mandat de ministre des Finances, le ministre Nene a servi le peuple et le gouvernement de la République d’Afrique du Sud avec diligence et grande compétence “ a déclaré le Président Cyril Ramaphosa, Président de la République d’Afrique du Sud.

Nene qui a admis avoir rencontré les Gupta, ces hommes d’affaires proches de l’ex-président Jacob Zuma et accusés d’avoir détourné des fonds publics est mis en cause dans une enquête pour corruption. Pour cet analyste, cette démission de Nene ne sera pas sans conséquence.

“Quand les gens commencent à paniquer en pensant que nous allons maintenant avoir un nouveau ministre des Finances pour faire l‘énoncé de politique à moyen terme, je pense que c’est complètement exagéré. Le fait est qu’une grande partie du travail de base a été effectuée par une énorme équipe d’experts sous Nene” a expliqué Dr. Azar Jammine.

Nhlanhla Nene est la première victime de poids du combat engagé par le président Cyril Ramaphosa pour nettoyer le pays des scandales.

Africanews

Dans la même rubrique

Dialogue politique au Burkina : l’intégralité des conclusions

Le dialogue politique initié par le chef de l’Etat burkinabè, Roch Kaboré, a livré ses conclusions ce lundi 22 juillet, soit une semaine jour pour jour de travaux ayant regroupé une cinquantaine de (...)

Israël démolit les maisons palestiniennes considérées comme illégales

Israël a entamé ce lundi 22 juillet la destruction controversée d’une dizaine de bâtiments situés à Sour Baher, près de Jérusalem, qui se trouvaient trop près de la barrière de séparation, selon les (...)

Commentez